Connexion

Peindre et dessiner pour conserver sa bonne mine

"En coloriant, l'adulte fait renaître la part d'enfant en lui." Armelle Troyon

  La pratique d'une activité artistique permet de se relaxer. En se concentrant sur un dessin, une peinture, un modelage, nous avons l'opportunité de faire abstraction du monde extérieur et d'oublier pendant quelques heures les tracas quotidiens.

 Nous pouvons simplement citer quelques uns des bienfaits que cela peut-vous apportez, de manière simple et rapide. Qu'il s'agisse pour vous de la simple contemplation d’œuvres d'arts ou du passage à l'acte créatif, éventuellement de façon accompagnée si vous avez besoin d'être soutenu, cela vous permettra entre-autre:

- d'améliorer votre estime, de développer votre confiance et d'apprendre à vous affirmer donnant une meilleure estime de soi;
- de mobiliser et d'améliorer votre motricité fine, de développer votre attention, et d'en tirer des bénéfices pour votre vie quotidienne;
- de découvrir et de libérer de nouveaux moyens d'expressions, vous permettant de mieux entrer en contact avec autrui;
- de retrouver des source de motivation qui vous permettrons de réduire votre anxiété et vous apprendre à vous projeter dans l'avenir.

Une perte de temps agréable

 Certains considèrent peut-être cela comme une perte de temps agréable ou un loisir personnel. Mais est-il si important pour les enfants ou les adultes? Voici, une citation qui résume bien cette nécessité:

« Le paradoxe de l’éducation artistique réside précisément dans cette perte de temps – comme on dit à corps perdu – où la formation du petit de l’homme renoue avec l’origine même du mot « éducation » : ducere, c'est-à-dire « tirer à soi », « faire aller avec soi, dans le même lieu », d’où le verbe « conduire » […] Les guides de cette aventure partagée – enseignants, parents, animateurs, artistes – n’ont pour autre but que d’attirer les enfants vers ce lieu où s’élaborent les formes nouvelles de la beauté, afin qu’ils en tirent des leçons d’existence. » Denyse Beaulieu

Une extension de sa personnalité

Si l'on se base sur les nombreuses analyses réalisés, pour différentes raisons, par les psychologues sur les dessins d'enfants, il est possible de détecter à travers elles, l'utilité de permettre à l'humain d'exprimer par divers moyens la réalité qui vit en lui.

"D'abord utilisé pour évaluer le QI de l'enfant dans les tests d'intelligence, le dessin est vite apparu comme l'expression de la personnalité toute entière. Signe, trace, indice d'une réalité psychique non immédiatement accessible, le dessin devient l'objet d'une interprétation car ce qui importe ici, ce n'est plus le graphisme proprement dit, mais ce qu'il désigne, le sens auquel il renvoie. Si le dessin permet ainsi d'accéder à la personnalité de son auteur, c'est qu'il constitie un lieu de projection privilégié - au même titre d'ailleurs que toute œuvre d'art." Florence de Méredieu

Une opportunité d'abord pour soi-même

Le dessin ou l'art en général, étant une projection de soi-même, il nous donne donc à nous voir. Plutôt que de laisser les autres, tenter d'analyser ou d'extrapoler sur ce que nous créons, utilisons le pour apprendre à nous connaître, c'est d'abord à nous-même que cela peut servir.

" La phrase de SocrateConnais-toi toi-même” n’est pas exactement de lui, c’est une devise inscrite au frontispice du Temple de Delphes que Socrate reprend à son compte. Elle figure au panthéon des grandes phrases philosophiques. Cette assertion, sous sa forme impérative, indique que l’exigence de l’homme doit se porter sur sa nature. C’est en se connaissant, en cherchant en lui-même, que l’homme peut trouver la sagesse. Mais deux questions essentielles sont posées par Socrate :

 – Pour y trouver quoi ?

 – Par quel moyen ?

 Socrate et la connaissance

 Le quoi, d’abord. En effet, cette invitation à l’introspection doit être reliée à la théorie platonicienne de la réminiscence. Chacun, nous dit Socrate, dispose du savoir en lui-même, il suffit de se les rappeler. La connaissance est immanente à l’homme, et non extérieure. La sagesse consister à apprendre à se ressouvenir.

 Socrate et la maïeutique comme voie d’accès à la connaissance

 Le comment, ensuite. Cette connaissance de soi-même ne peut se faire que grâce à la maïeutique, c’est-à-dire le dialogue entre l’âme et elle-même, ou bien entre un élève et son maître. Socrate se présente ainsi souvent, dans son rôle de questionneur, comme un accoucheur d’âme. Socrate questionne parce qu’il ne sait rien, sait qu’il ne sait rien, il n’a rien à apprendre, mais il peut aider ses disciples à découvrir les vérités qu’ils ont en eux.

Sans ce travail sur soi-même, la vie ne vaut rien selon Socrate : Une vie sans examen ne vaut d’être vécue

Chez Socrate, ma philosophie ne désigne pas, comme chez les sophistes, l’acquisition d’un savoir, mais une manière de s’interroger, de se mettre en question, une forme de souci de soi."       http://la-philosophie.com/socrate-connais-toi-toi-meme

Se connaître, c'est en quelque sorte, savoir reconnaître ce qui est bon pour soi !

  Ainsi, la pratique d'un art, quel qu'il soit, permet d'apprendre à reconnaître en soi-même les chemins qu'il nous est bon de suivre. Lorsque l'on suit les chemins qui nous plaisent, on ne peut alors qu'être en accord avec soi-même, fusse le chemin long et difficile importe peu, du moment que c'est celui que l'on s'est choisi!

L'art n'est certes pas facile, mais qu'importe le résultat, la vérité est peut-être simplement dans le chemin comme l'exprime ce proverbe tibétain:

"Quand deux chemins s'ouvrent à toi, choisis toujours le plus difficile, celui qui exigera le meilleur de toi" in "Himalaya, l'enfance d'un chef"